rédaction's blog

L'Education au sommaire du N°6 de Singapour

Dans les tests internationaux (PISA) ou les classements des pays en fonction de leur capacité à attirer, développer et retenir les talents, Singapour fait la plupart du temps la course en tête, souvent au coude à coude avec la Suisse et en compagnie des pays d'Europe du Nord. Mais qu'ont donc Singapour et les Singapouriens pour afficher une réussite aussi insolente?
Le magazine SINGAPOUR, une publication de lepetitjournal.com/singapour Au sommaire de ce numéro 6: un dossier sur l'Education à Singapour avec un titre le prix de l'excellence qui dit bien la qualité exceptionnelle du système éducatif singapourien, que reflète l'omniprésence de la cité Etat dans le peloton de tête des classements internationaux, mais aussi que ces bons résultats ont un coût: stress, cours privé,....

Category: 
Tag: 

SINGAPOUR N°10- L'Europe à Singapour

Au sommaire du dernier numéro du magazine Singapour : un dossier « L'Europe à Singapour » consacré à cette Europe multiple, protéiforme qui s’incarne dans celles et ceux qui représentent ici l’exceptionnelle richesse et diversité culturelle du vieux continent et coopèrent localement dans le commerce et l’industrie, la sécurité, la santé, le climat et l’environnement, l’urbanisme, la recherche-développement, le sport, l’éducation, la culture, …
DOSSIER - L'Europe à Singapour On ne saurait parler d’Europe sans évoquer ce qu’on appelle la « construction européenne ». Ce dossier vient célébrer à sa manière un triple anniversaire - celui du Traité de Rome en 1957, celui de l’Asean en 1967, celui des relations entre l’Europe et l’Asean 10 ans plus tard. L’une des perspectives privilégiées ici est de sonder l’image qu’on se fait de l’Union Européenne à Singapour et, plus largement, dans le contexte de l’ASEAN. L’autre est de partir à la rencontre des Européens qui vivent à Singapour. L’Europe est-elle soluble à Singapour ? La question peut paraître incongrue tant les institutions – représentation de l’UE, Eurocham, ASEF, …- se multiplient, déployant leurs efforts pour tisser des liens entre les pays européens, Singapour et l’Asean. Elle l’est peut-être moins quand il s’agit de vérifier si l’idée européenne constitue ou non, pour les Européens vivant à Singapour et pour les filiales locales d’entreprises européennes, le ferment d’une communauté et le vecteur d’échanges, de collaborations et de synergies. Singapour, cité Laboratoire, s’offre une fois encore comme un terrain d’étude pour déterminer si l’Union européenne brille ou non par son modèle, si les initiatives des pays membres s’inscrivent localement dans une forme de coopération ou dans une pure compétition, et si les européens expatriés à Singapour ont tendance à vivre ensemble ou bien à s’ignorer. Vivre à Singapour - Ces Rues qui ont un nom français Les rues de Singapour sont à l’image des habitants de cette ville : cosmopolites, culturellement différents et cohabitant en harmonie. Même si les français n’ont pas été comme nos voisins anglais associés à la construction de la cité du Lion, des personnages illustres ont néanmoins laissé leurs traces dans l’histoire de Singapour où certains ont imprimé à jamais leur nom. Visite des rues françaises jalonnant Singapour.
Echappées belles - Nepalum Tremens Népal, petit pays coincé entre les deux mastodontes que sont la Chine et l’Inde, cultive bien des singularités : Son drapeau aux formes bizarroïdes, son quart d’heure supplémentaire de décalage horaire, et bien sûr huit des plus hauts sommets du monde. Mais pas que …
L'Asie vue de France - Les nouveaux éclaireurs de la Chine Edith Coron et Anne Garrigue, contributrice régulière du site lepetitjournal.com ont publié en 2016 « Les nouveaux éclaireurs de la Chine ». Au cœur de l’ouvrage : le processus d’hybridation culturelle des personnes dont le parcours se construit au confluent de cultures différentes, sur fond de globalisation et de 30 années de fascination réciproque entre l’occident et la Chine.
Couleurs d'Asie - Doré: La lumière, le luxe et le sacré Or pur ou métal doré, traditionnellement apparentée au luxe, cette couleur lumineuse apporte toujours une touche de magie. Un scintillement festif pour nos intérieurs !
Culture - Pangdmonium : Rencontre avec Adrian Pang A Singapour, Pangdemonium fait partie de ces compagnies qui, en choisissant souvent de mettre en scène des sujets de société, s’attache avec humour et tendresse à provoquer la réflexion et fait bouger les lignes. Rencontre avec Adrian Pang, acteur charismatique, autour de la création de Pangdmonium, du théâtre à Singapour et des 3 pièces qui sont à l’affiche cette saison.
Nouvelle et rencontre avec l'auteur - Le Mérou O Thiam Chin est un écrivain singapourien lauréat, pour sa première édition en 2015, du Prix Epigram Books de la meilleure œuvre de fiction pour son roman Now that it’s over (2015). Il est également l’auteur de cinq recueils de nouvelles, dont Love, Or Something Like Love (2013), sélectionné pour le Prix de littérature anglophone de Singapour en 2014. Il a participé en 2010 au programme international d’écriture organisé par l’Université de l’Iowa, aux États-Unis, et a déjà vu trois de ses nouvelles retenues pour le Prix international Frank O’Connor de la nouvelle.
Un chef, Une recette - Gunther, le Chef belge timide et génial Rencontre avec le chef d’une des meilleures tables gastronomiques de Singapour. Il faut du temps pour apprivoiser Chef Gunther Hubrechsen. Il se dit sauvage; nous le trouvons réservé et secret de prime abord. Mais lorsque le “courant” est passé, il devient subitement souriant, affable et volubile. Il n’aime pas “parader” en faisant la cour aux clients. Il les fuit presque… Car ce qui le fait jubiler, c’est de leur offrir des aliments au sommet de la fraicheur et de la qualité et piloter son fief de main de maître, avec jovialité: sa cuisine, son antre, son refuge… Il tient cela de son maitre devant l’éternel, le bouillonnant Alain Passard (l’Arpège, 3 macarons à Paris depuis près de 30 ans) dont il a été l’émérite second.
Agenda des sorties La sélection de la rédaction
Où trouver le magazine SINGAPOUR ?
Lire le magazine sur ISSUU

Category: 

NAVI RADJOU – L’innovation frugale au service de la cité intelligente

Intelligente, frugale, astucieuse… l’innovation, dans tous ses états, était au cœur des débats lors de la conférence « Wise innovation » organisée à Singapour le vendredi 7 octobre, à l’initiative de la Chambre de Commerce (FCCS) et avec le support de Bolloré Blue solution. Au programme, une présentation de Navi Radjou, auteur de « Frugal Innovation- How to do better with less ».  Cerises sur le gâteau : 3 tables rondes consacrées respectivement aux stratégies d’innovation, à la mobilité intelligente (smart mobility), et à la globalisation intelligente (smart globalisation), ou à quelles conditions les « smart solutions » développées à Singapour peuvent être exportées ensuite vers d’autres pays-régions.

Navi Radjou s’est acquis une réputation internationale, comme consultant et conférencier, dans le domaine de l’innovation frugale, auquel il a consacré plusieurs livres parmi lesquels « Jugaad innovation » ou « Innovation frugale – Comment faire plus avec moins ». Intervenant à Singapour le 7 octobre 2016 dans le contexte de la conférence « Wise innovation- a journey  toward smart society » organisée par la Chambre de commerce française (FCCS) – sa présentation avait valeur de stimulant à la réflexion et aux échanges entre des participants venus de multiples secteurs de l’économie pour débattre de l’innovation au service de l’émergence d’une cité intelligente, efficiente et agréable à vivre.

Qu’est-ce que l’innovation frugale ? C’est, en substance, l’art de faire plus avec moins. Navi Radjou fait le constat que l’innovation mobilise souvent des dépenses extrêmement lourdes dont le retour sur investissement n’est pas toujours à la hauteur des attentes. En 2015 les dépenses de R&D cumulées aux Etats-Unis, en Europe et Asie ont représenté un investissement global de 6880 Milliards de dollars US. Mais, indique le champion de l’innovation frugale, ces dépenses sont souvent consacrées « à réinventer la roue » et ne débouchent pas, d’un point de vue systémique, sur des améliorations proportionnelles aux ressources mises en oeuvre. Ainsi, à titre d’exemple, les investissements dans la recherche médicale et pharmaceutiques aux Etats-Unis ne se traduisent-ils pas, dans les chiffres, par la baisse d’un indicateur aussi fondamental que celui de la mortalité infantile. Tout se passe, souligne Navi Radjou, comme si les dépenses de R&D fonctionnaient comme un vaste panier percé. La question propose-t-il est la suivante: pouvons-nous trouver des solutions pour réduire ces fuites ? Et s’il était possible, suivant l’inspiration d’un Lavoisier pour qui « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme », de considérer l’économie de manière circulaire et de faire plus avec moins, c’est à dire de concevoir des produits et services qui créent plus de valeur tout en consommant moins de ressources.

Né à Pondicherry, Navi Radjou a fait des études à l’Ecole Centrale de Paris et à Yale et vit depuis 1998 aux Etats Unis. L’avantage, indique-t-il, d’avoir grandi dans un pays émergent est qu’il y a été sensibilisé et entrainé dès le plus jeune âge à la pénurie ou la rareté des ressources, certaines aussi vitales que l’eau, et, par conséquent, à trouver des manières intelligentes de faire plus avec moins. Confronté aux insuffisances des efforts de Recherche & Developpement, Navi Radjou ,évoquant son parcours personnel, indique que, à ce stade, il a ressenti le besoin de se reconnecter avec ses racines ; celles d’un environnement dans lequel tout manquait, à l’opposé de celui dans lequel il vit aujourd’hui (à Palo Alto). Les pays émergents, à commencer par l’Afrique, constituent selon lui des territoires privilégiés pour la mise en œuvre d’innovations frugales, dont les résultats peuvent aussi, ensuite, être exportés vers les pays développés.

Faire plus avec moins. La formule met en équation la production de valeur (économie, social, environnement) et les ressources (capital, énergie, temps) mises en œuvre pour l’obtenir. Comme le suggère Navi Radjou, cette formule est intéressante mais pas révolutionnaire quand numérateur et dénominateur sont affectés d’un facteur 1. La démonstration prend une dimension totalement différente quand on imagine des facteurs 10, 100 ou 1000 ( Super disruptive innovation : produire 1000 fois plus de valeur en utilisant 1000 fois moins de ressources). Et Navi Radjou de citer des exemples illustrant la faisabilité de ce type d’innovation, tel qu’un dispositif conçu pour l’Afrique, (cf Photo ci-contre) permettant de remplir les mêmes fonctions qu’un incubateur pour les nouveaux nés prématurés, pour un coût de 20 US$ soit 1% du coût d’un incubateur (2000 US$).

Proposé aux participants à la conférence le concept de Wise innovation, selon Navi Radjou se distingue de sa consoeur, seulement smart, par le fait qu’il s’agit de « comprendre ce que l’on fait ». Un engagement qui invite à reconsidérer la pertinence d’un indicateur tel que le Produit National Brut qui ne prend pas en compte des aspects qualitatifs tels que le développement humain ou les aspects sociaux économiques, et à envisager l’innovation dans le cadre des smart cities, en mettant l’accent non plus simplement sur le confort matériel mais aussi sur la réalisation de son potentiel et des talents et le transfert aux générations futures. Une perspective qui propose de rompre avec la vision de consommateurs passifs pour lui substituer celle de « prosumers », consommateurs actifs, partie-prenantes, par exemple dans le cadre des Makers fairs qui se multiplient, des processus de conception et de réalisation des produits et services.

Proposée dans l’écrin vert de la « cité dans un jardin », l’intervention ne pouvait se terminer sur autre chose que l’invite iconoclaste d’une « learning expedition » au jardin botanique : la Nature comme source d’inspiration. « Dans la Nature, souligne Navi Radjou, tout est partagé. Il y a une sorte de symbiose industrielle. Chaque arbre, par exemple, produit 20 services qui bénéficient à son environnement ».

Bertrand Fouquoire (www.lepetitjournal.com/singapour) mercredi 12 octobre 2016
 
Le sujet des smart cities est l’un des centres d’intérêt privilégiés de la FCCS qui compte un comité dédié à ce sujet pour favoriser les échanges d’information, d’idées et d’intérêts dans ce domaine. En 2015, à l’initiative de la FCCS, un portfolio a été réalisé mettant en scène 150 French smart city solutions pour Singapour.
 

Category: 

Singapour N°5- Les habits verts de la smart city

Singapour- Les habits verts de la smart city

Au sommaire de ce numéro un dossier de 18 pages sur les habits verts de la smart city, qui donne la parole à l’Ambassadeur de France, Benjamin Dubertret, sur ce qu’il faut attendre et ne pas attendre de la COP 21, et s’attache à mettre en perspective les réussites, mais aussi certains paradoxes, de Singapour, dans le domaine de l’environnement.

La formule change. Si la rubrique « les Français à Singapour » qui présente la formidable aventure de The Blue Circle dans le domaine de l’énergie éolienne s’inscrit dans la continuité du dossier, les autres rubriques sont désormais complètement indépendantes. A découvrir dans « Singapour autrement »,  l’histoire d’une saga familiale singapourienne, celle d’Amoy Canning, spécialiste de la sauce soja, ou bien le portrait de John Tan, paysagiste à Kranji. A lire encore, dans la rubrique « Culture », une passionnant décryptage de l’histoire « coupée en deux » du Cinéma singapourien par Raphaël Millet. A regarder : un dossier photo sur Geylang.
Lire en ligne et télécharger sur ISSUU
Le magazine SINGAPOUR est une nouvelle publication de l'édition du site lepetitjournal.com/singapour.  Dossiers déjà publés: la culture (N°1- Singapour, Cité de la Renaissance), l'architecture et l'urbanisme (N°2), Les 50 glorieuses (N°3), Tourisme - 15 millions de consommateurs (N°4), Les Habits verts de la smart city (N°5). Publication 3 fois par an en Février, Mai et Novembre. Magazine en français tiré à 4000 exemplaires.

Category: 

A guide by the FCCS on how to succeed in Singapore

The French Chamber of Commerce in Singapore ( FCCS) has edited an excellent guide on how to succeed in Singapore, which can be downloaded on its website.

Category: 

Happy New Year 2013

The year 2012 has been highlighted by numerous transformations, with the discontinuation of Dualexpat platform, and the redeployment of Equipaje activities around international talents and organizations development. The year 2013 starts with a bunch of motivating projects: a book on "the new frontiers of management", the potential launching of a new platform dedicated to the mentoring of your projects. I will keep you update of those realizations all the year round.

Thanks for your trust and support. Best season's greetings and a happy New Year to All

Bertrand

Celebrating diversity at the workplace

To celebrate racial harmony at the workplace, Singapore's MOM* is encouraging companies to organize, in July, a special diversity day in their singapore offices.

One way they suggest is inviting employees to come dressed in their own ethnic costume.

Singapore has made of diversity & racial harmony in the workplace a trademark and a source of strength. "A harmonious workplace, where co-workers understand and respect each other, is vital to ensuring smooth business operations" can one read on MOM'website. "Celebrating Racial Harmony in July is one way organisations can help promote values such as mutual understanding, respect and inclusiveness at the workplace. Activities can be organised to help employees better understand the cultures, beliefs and practices of others".

* MOM: Ministry of Manpower

Category: 

Living & working in Singapore

Singapore, city of the lion, is plebiscited by expatriates who feel easily at home while living in the heart of Asia. Living conditions are very comfortable, with a mix of western influences and of vivid traditions

 

 

Category: 

Indonesia to switch to a single time zone

Indonesia is currently extending over 3 time zones. The Indonesian Government plans to switch to a single time zone on Oct 28 2012, allowing the whole country to have the same hour, aligned with Singapore, Malaysia and China.
"The move will help accelerate economic development across the country", Trade Minister Gita Wirjawan said in a statement on May 30Th.

Category: 

The new frontiers of management

With this study, we focus on « nomadic managers» as key actors of companies' international development.

Who are these "nomadic managers"? They are managers who are generally covering a large geographical area. As their team are set up in various countries, they have to set up customized management techniques to deal with the remoteness, and sometimes isolation, of  their collaborators. They often deal with multicultural challenges. They are themselves highly mobile (from frequent travels to expatriation) and make an extensive use of mobile & collaborative tools.

Objectives of the study:

  • Understand and describe the nomadic managers' working conditions and techniques, particularly with regards to remote people management, mobility and the use of technology. ;
  • Identify what are the companies' perceived stakes associated with "nomadic management", and to which extent it leads to the development of specific policies and practices;
  • Elaborate a global framework for the development of "nomadic practices" and the optimization of nomads' management.

Process:

  • Interviews of executives
  • Realization of corporate case studies.

Duration: 2012

Expected output:

  • Publishing of (nomadic managers) portraits on this website
  • Writing of a book on "nomadic managers".

You are interested by this study and wish to take part to its completion?

Contact us: here

Category: 

Pages

Subscribe to RSS - rédaction's blog

Copyright © Equipaje 2012 - All rights reserved | Terms of use | Links | RSS  | Web Design Singapore