Choc culturel

Si vous avez vu "All That Jazz", la comédie musicale de Bob Foss, vous vous souvenez peut-être de cet humoriste dont la bande vidéo décrivait les différentes attitudes successives de l’homme face à la mort : surprise, reniement, colère, …fuite, acceptation. Ce que décrivait l’humoriste est en fait une attitude naturelle bien connue des spécialistes de l’accompagnement du changement.

Pour les personnes qui viennent de perdre leur emploi, qui doivent s’adapter à une nouvelle organisation ou à de nouvelles manière de travailler, il y a toujours une période dite « de deuil », plus ou moins longue, qu’il faut pouvoir réaliser pour être en situation de passer à autre chosee26nbsp;: rechercher un nouvel emploi, démarrer une nouvelle activité, apprendre un nouveau métier ou l’utilisation d’un nouveau logiciel.

En expatriation, le cycle d’intégration dans le pays d’accueil emprunte un cheminement similaire. Le départ à l’étranger emporte en effet de profonds changement, tant sur le plan professionnel que sur le plan person.el, familial ou social, et l’aventure, souvent formidable, de la vie à l’étranger, passe en premier lieu par le renoncement à tout ce que l’on est obligé de laisser derrière soi, dans son pays d’origine.

Comme le disait Jacques Brel : « Ce qu’il y a de difficile pour un homme qui habiterait Vilvoorde et qui voudrait aller à Hong kong, ce n’est pas d’aller à Hong kong, c’est de quitter Vilvoorde »

Les 4 grandes phases du processus d'adaptation

Lune de miel

Lors de la phase lune de miel, dont la durée est variable, tout semble fascinant et nouveau ; l’expatrié se sent dans la peau d’un touriste. Il découvre avec gourmandise et curiosité ce nouveau pays et la nouvelle vie qu’il va pouvoir y mener.

Choc culturel

Après quelques temps, cependant, à mesure qu’il s’immerge dans la vie quotidienne, ce sont les différences qui apparaissent de manière plus évidente : différences entre ses propres références, sa manière de penser et d’agir et celles des ressortissants du pays de résidence. Chacun réagit différemment à la situation: anxiété, doute, frustration. L’expatrié peut selon les cas être tenté par le repli sur soi, une attitude défensive ou de rejet à l’égard du pays d’accueil et de ses habitants. C’est la phase de « choc culturel » ; une expérience qui fait partie intégrante du processus d’adaptation à la vie et au travail à l’étranger. 

Réconciliation

Pour la plupart des expatriés, le choc culturel prend fin à mesure qu’ils se familiarisent avec la langue et la culture du pays d’accueil : c’est la phase de réconciliation. 

Adaptation

Petit à petit, l’adaptation se poursuit. L’expatrié est davantage en confiance, plus sensible aux aspects positifs du nouvel environnement. Les évènements, les réactions des habitants ne le prennent plus par surprise. Il a pris ses repères et connaît désormais suffisamment les codes pour se sentir à l’aise et mener une vie plus normale. 

La rapidité du processus d’adaptation et d’intégration dans le pays d’accueil ne répond à aucune règle incontournable. En fonction du pays, de la personnalité de l’expatrié, de sa situation particulière- actif ou non actif-, des possibilités de rejoindre ou non une communauté d’expatriés, des ses éventuelles précédentes expériences de l’expatriation,…, le processus peut être différent et chaque étape retenir son rythme propre.

Lorsqu’il est possible, avant le départ, de se préparer dans de bonnes conditions, la transition peut être facilitée : apprendre la langue du pays, s’informer sur sa géographie son histoire et sa culture, se rendre en voyage de reconnaissance dans le pays d’accueil, régler par avance les aspects logistiques et pratiques – logement, inscription des enfants à l’école,…- sont autant de moyens de se faire une idée plus précise de ce qui vous attend, de s’y préparer et de réduire les contraintes au moment de l’arrivée.

Copyright © Equipaje 2012 - Tous droits réservés | Conditions d'utilisation | Liens | RSS  | Web Design fewStones