Création d'entreprise: solitude et réseau

Comme dans les courses à la voile, l’aventure de la création peut être tentée en équipage ou en solitaire. Mais alors que le choix de rester seul est, en matière de régate, guidé plutôt par la personnalité du skipper et par son degré d’expérience, la décision de créer son entreprise en solo est souvent liée à l’impossibilité de faire autrement (pas d’associé potentiel, pas de moyen) et ne concerne pas, loin s’en faut, que des personnes aguerries et cherchant la solitude. Pour les créateurs qui ne possèdent ni toutes les compétences requises dans le métier qu’ils abordent, ni l’envie d’avancer seul, ni l’énergie pour prendre en charge l’ensemble des dimensions de leur projet, le réseau peut se révéler non seulement un précieux support mais aussi un véritable avantage stratégique.

Demandez à un néo-entrepreneur ce qui, dans sa nouvelle situation, lui pèse le plus ; il répondra souvent : la solitude! Certes, cette singulière compagne a ses charmes - indépendance, autonomie, flexibilité -, et l’on ne s’étonne pas que les candidats à la création y succombent promptement, vivant les premiers mois une véritable lune de miel. Mais elle le fait payer ensuite bien cher. Le parcours du créateur est long, et semé d’une multitude d’embuches qui ne sont pas seulement administratives. Chef d’orchestre spontané, artiste et régisseur le créateur doit assumer tous les rôles, prendre en main chaque instrument, harmoniser l’ensemble, s’occuper de la régie, voire nettoyer la salle. Naviguant à vue sur une mer avare de repères et souvent peu nourricière, il s’éloigne, parfois très loin, des normes de l’emploi classique, et plus il s’égare plus il rencontre, de la part de ses proches, incompréhension et doute.

La vérité est qu’on a la compagne que l’on peut. Quand l’idée de création ne nait pas d’emblée de l’imagination de plusieurs, le créateur n’a guère les moyens de s’entourer, de faire appel aux conseils d’experts, de recruter et de partager les tâches. Pour l’ancien manager devenu entrepreneur, par exemple lors d'une mobilité internationale, le changement de perspective peut-être vertigineux: tous les supports dont il jouissait sans y penser se sont évaporés, ses relations d’affaires ne sont que de lointains souvenirs, et le temps même paraît se distendre, tantôt trop court pour ce que le créateur a à faire, tantôt démesurément long quand il s'agit de ce que d’autres ont promis.

Investir dans le réseau pour ne plus être seul

Face aux affres de la création et à la solitude du néo entrepreneur, le réseau constitue un moyen simple de se ressourcer, d’échanger avec d’autres et de partager ses expériences. Il permet encore de mettre certains moyens en commun ou d'initier des partenariats. Le premier avantage du réseau, c'est qu’il vous ressemble: vous êtes entre créateurs et pouvez vous honorer d’une mutuelle reconnaissance. Le second intérêt, c'est qu’il est gratuit, au moins dans un premier temps. Travailler en réseau permet d’apporter des réponses concrètes à des questions ou pseudo impasses cent fois ressassées. Le réseau est générateur d’informations. Il peut être un moyen d’approfondissement dans son parcours de créateur, voire dans son propre domaine d’expertise. Il peut enfin apporter des ressources et compétences qui brisent l’encerclement d’une activité toute entière construite sur la base de ses seuls talents.

Choisir son réseau

Choisir c'est toujours se priver, mais c'est aussi gagner du temps pour aller à l'essentiel. Les réseaux sont nombreux.Ils ont leurs propres usages et leur culture. Vous vous trouverez sans doute immédiatement à l'aise dans un réseau ou au contraire avec le sentiment d'un décalage. Choisissez celui qui vous convient. Ne craignez pas de ne pas participer aux réseaux soi-disant incontournables si ils ne vous attirent pas. Allez au contraire vers les personnes avec lesquelles vous avez des affinités, auprès desquelles vous vous sentez en confiance et avec qui vous trouverez logique de vous investir.

Quand le réseau devient lui-même une ressource stratégique

Lorsqu’il est solide, homogène mais divers, et organisé autour d’une activité commune, le réseau peut enfin révéler une dimension stratégique, inhérente à sa nature même. Songez, par exemple, à des consultants indépendants, tous installés à l’étranger et ayant créé leur propre activité. Ces derniers peuvent échanger, s’associer à plusieurs ou créer des partenariats qui porteront leurs offres respectives sur un territoire donné ou sur un ensemble de pays. Ils peuvent aussi mettre en valeur le réseau qu’ils ont formé et en offrir l’exploitation à d’autres sociétés qui, globales parce que leurs clients le sont, n’ont pas les moyens des plus grands cabinets, et ont pourtant besoin de relais locaux, partout où leurs clients leur demandent de réaliser des prestations.

A travers le réseau, un nouveau territoire s’offre donc aux créateurx. Il n’est certes pas simple à mettre en place, mais il est éminemment flexible et portable. Avis donc aux navigateurs solitaires qui rêvent d’une aventure en équipage.

 

Catégorie: 

Copyright © Equipaje 2012 - Tous droits réservés | Conditions d'utilisation | Liens | RSS  | Web Design fewStones